• Chrystel Leduc

Comprendre l'agression entre chiens dans les parcs canins !

Une grande majorité d’entre vous avez déjà assisté à une bagarre entre chiens. Elles sont souvent impressionnantes aux yeux de ceux qui en sont témoins et elles créent l’incompréhension. Alors aujourd’hui, nous tenterons de démystifier le tout.



Qu’est-ce que l’agression ?


Selon plusieurs experts, dont le vétérinaire comportementaliste Joël Dehasse, « Une agression se définit comme étant une menace ou un acte physique ayant comme résultat d’obliger un autre individu à rester à distance…» (1). Il est à noté que l’autre individu en question n’est jamais consentant!


Dans la nature, les comportements agressifs sont indispensables, car ils permettent à un individu d’augmenter ses chances de se nourrir ainsi que de se reproduire. C’est la loi du plus fort, manger sans être tué. Cependant, dans le monde des animaux de compagnies, les agressions sont souvent ritualisées. « C’est-à-dire que les séquences comportementales sont détournées de leur signification d’origine, jouer au lieu de blesser. C’est plutôt une belle caricature des mouvements, positions et mimiques, car tout y est exagéré afin de mieux faire passer un message » (1). Le but n’est pas de tuer ou de blesser l’adversaire, mais plutôt de résoudre un conflit. C’est pourquoi les agressions peuvent nous paraître aussi impressionnantes et violentes, même s’il n’en est souvent rien. L’agression ritualisée se manifeste principalement par de gros grognements, l’exhibition des crocs, des claquements de dents (mordre dans le vide), ou encore par des morsures dirigées à des endroits non fatals, tels que le dessus du cou, le visage, la tête, le dos et les pattes (1). De façon générale, plus l’agression est bruyante, brusque et dramatique, moins les risques de blessures graves sont élevés.



Il est important de mentionner que l’inhibition de morsure chez un chien joue un rôle primordial lorsque l’on fait référence à une morsure non fatale. L’inhibition de morsure se traduit par le contrôle du degré de pression qu’effectue la mâchoire lors d’une morsure. Les conséquences d’une morsure peuvent donc résulter en de profondes lacérations ou de simples traces de salives sur l’adversaire. L’inhibition de morsure s’acquiert durant la période de socialisation, soit avant l’âge de 4 mois chez le chiot (1).



Cependant, il est essentiel de garder en tête que certaines agressions ne sont pas ritualisées et que malheureusement, elles peuvent être fatales. Et ce, même si initialement, le but premier est d’intimider et de faire peur à l’autre chien. Une bagarre peut rapidement dégénérer!



Gestion des interactions entre chiens

dans un parc canin


Lorsque l’on fait référence à la gestion des interactions entre chiens dans un parc canin, une question revient fréquemment : doit-on laisser les chiens régler eux-mêmes leur conflit? La réponse est NON! En ne laissant pas les chiens régler eux-mêmes leur conflit, on évite ainsi les traumatismes potentiels et les agressions non contenues. On ne peut pas comparer l’historique de jeux et d’interactions entre deux ou trois chiens vivants sous le même toit versus une vingtaine de chiens inconnus regroupés dans un même espace. Dans un parc canin, les émotions et l'excitation des chiens changent très rapidement, ce qui a pour conséquence d’augmenter considérablement les risques d’incidents potentiels.



Avez-vous déjà entendu parler du « Ganging »? Le ganging est une contagion émotionnelle de l’excitation ; plus il y a d’individus, plus l’excitation augmente, moins les chiens sont conscients ou présents dans le moment (4). Un peu comme les émeutes chez les humains. Les chiens se laissent emporter par les comportements du groupe. Donc si deux chiens se mettent à en pourchasser un autre, l’effet de groupe peut faire en sorte que tous les autres chiens se mettent également à pourchasser ce même chien. Puisque les chiens ne sont plus en contrôle d’eux-mêmes, de graves conséquences peuvent parfois en résulter, allant jusqu’à la mise à mort du chien pourchassé. Il est donc hyper important de toujours garder un œil sur notre chien lorsqu’on est dans un parc canin. Si vous observez plusieurs chiens se rassembler, la meilleure solution pour prévenir toutes éventualités est de les séparer. Cela leur permettra de faire descendre leur niveau d’excitation et d’aller vaguer à d’autres occupations.




Les 4 types de chiens, selon leur personnalité!


Il est important de comprendre que les chiens n’ont pas tous le même tempérament et les mêmes habiletés sociales. En ce sens, il est possible de les catégoriser de façon générale en 4 types de chiens; Fido, Tarzan, Princesse et Pesto.


  • FIDO

Fido un chien équilibré qui sait bien lire et parler le langage canin. Il sait reconnaître l’état d’esprit des autres chiens avec lesquelles il interagit, en interprétant correctement la signification de leurs postures, mimiques et signaux. Fido a de bonnes habilités sociales car il est poli et respectueux à l’égard des autres chiens. Ce n’est pas un chien qui cause des agressions mais il peut parfois en être la victime.


  • TARZAN

Le chien de type Tarzan est vif et beaucoup trop motivé. Il aborde les autres chiens de manière trop brusque et cavalière en allant directement dans leur visage; dans leur bulle. Conséquemment, il est enclin à causer de la peur ou encore de l’exaspération chez les autres chiens, pouvant ainsi escalader jusqu’en agression. Tarzan n’est pas un mauvais chien! Il est simplement grossier dans sa manière d’interagir avec les autres puisqu’il a un déficit au niveau de ses habiletés sociales. Les causes de ce déficit peuvent être dût à un manque de socialisation, c’est-à-dire que le chien a rencontré très peu de chiens équilibrés au cours de sa vie, ou simplement à une tendance inhérente à la race, soit dût à sa génétique. Dans un parc à chien, Tarzan doit être surveiller de près.


  • PRINCESSE

Princesse un chien ou une chienne qui a besoin de beaucoup d’espace, d’une très grande bulle. Elle supporte mal la proximité avec d’autres chiens, généralement par peur, ce qui lui donne l’image ou la réputation d’être antisociale. Probablement pour les mêmes raisons que Tarzan, Princesse a aussi un déficit au niveau de ses habiletés sociales. Cependant, elle le manifeste différemment en étant soit:

  • Complètement désintéressée des autres chiens jusqu’à ce que l’un d’entre eux s’approche trop près de sa bulle. C’est alors que Princesse émettra des signaux de menaces, tels que des grondements, des grognements, des claquements de dents... pouvant escalader jusqu’à l’agression si l’autre chien ne respecte pas ses signaux.

  • Proactive émettant directement des signaux de menaces qui cesseront seulement lorsque les autres chiens seront à une distance jugée sécuritaire selon elle.


Attention ici de ne pas confondre avec un chien qui est simplement sélectif quant au type de chien avec lequel il préfère interagir. Cela est un comportement tout à fait normal que les chiens adoptent autour de l’âge de 3 ans. Bref, le chien de type Princesse n’est vraiment pas à sa place dans un parc canin.


  • PESTO

Finalement, il y a le chien de type Pesto : le harceleur. C’est un chien qui aime jouer de façon beaucoup trop brusque et dure. Il a tendance à harceler continuellement le même chien ou le même type de chiens, soit généralement les plus craintifs et moins confiants. Il revient constamment à la charge malgré leurs signaux d’apaisements et leurs signaux de stress, provoquant ainsi chez eux une grande détresse. Pesto doit être éduqué et surveillé de très près dans un parc canin.



Cela étant dit, sachez qu’un parc canin n’est pas l’endroit idéal pour socialiser un chiot. Le risque est trop élevé qu'il crée une association négative s'il interagit avec un Pesto ou un Tarzan. Afin de créer une association positive envers les autres chiens inconnus, un chiot a besoin d’interagir avec un chien calme comme Fido. Cependant, s’il vous est impossible de socialiser votre chiot avec d’autres chiens de différents âges, tailles et races, prenez le temps d’observer les types de chiens qui sont dans le parc canin avant d’y entrer. S’il y a un nombre trop important de chiens, nous vous conseillons de revenir une journée ou heure ultérieure où il y aura seulement un ou deux chiens qui semblent bien jouer ensemble.



Causes potentielles pouvant mener à l’agression entre chiens dans un parc canin



Les agressions entre chiens sont susceptibles d’éclater pour biens des raisons. Cependant, les causes potentielles fréquentes sont majoritairement dût à la « predatory drift », à la protection de ressources, au manque d’habileté pour le jeu, et par l’interaction entre types de chiens incompatibles.



1. Predatory drift « derive de predation » (1;2)


Ce comportement survient lors d’un déclenchement imprévisible des réflexes de prédation chez un chien au cours d’une interaction sociale pouvant mener à la mort de la proie (2). Le déclencheur de la « predatory drift » est contextuel contrairement à la prédation générale chez un chien qui, par exemple, poursuivrait toujours tous les écureuils lors d’une promenade. Ce phénomène peut se produire chez n’importe quel chien, détenant un historique de prédation ou non, et peut ne jamais se reproduire par la suite. L’effet de groupe (deux chiens et plus, peu importe leur taille) poursuivant un autre chien peut également favoriser le déclenchement de la « predatory drift ».


Crédit photo Ton Kow Pixabay

Par exemple, lors d’une session de jeu, un danois poursuit un yorkshire. Le yorkshire, étant beaucoup plus petit que le grand danois, prend peur et lâche un cri aigu. Le cri est l’élément déclencheur de la « predatory drift » dans ce cas. Dès lors, le danois se met à percevoir le yorshire comme étant désormais une proie, et non plus comme une espèce familière ou ami. Il s’ensuit alors une séquence de prédation (orientation, fixer, traquer, chasser, attraper, tuer, disséquer…) pouvant mener à la mort de la proie en question s’il n’y a aucune intervention humaine. C’est pourquoi il devrait toujours y avoir deux sections distinctes dans tous les parcs à chiens : une pour les grands chiens et une autre pour les petits chiens et les chiots.


Crédit photo Eva Fotomelia

2. Protection de ressources


La protection de ressources se réfère aux comportements manifestés (agression, évitement, ingestion) par un chien, afin de contrôler l’accès à un élément de « grande valeur » à ses yeux, envers d’autres individus (chiens, humains, divers animaux). Un chien peut faire de la protection de ressources sur à peu près n’importe quoi : nourriture, humain, bol, jouet, branche d'arbre, lieu/territoire, autre chien, etc. Contrairement à la pensée populaire, ce type de comportement est tout à fait normal puisqu’il est essentiel à la survie de toutes espèces.




Afin d’être en mesure de prévenir les agressions entre chiens, il est important de pouvoir reconnaître les signaux possiblement émis par un chien protégeant une ressource :

  • Le blanc des yeux est visible.

  • Les pupilles sont dilatées.

  • Le regard est dirigé vers l’intrus, la menace.

  • Se positionner au-dessus de la ressource ou sur celle-ci.

  • Se positionner entre la ressource et la menace

  • Le museau pointe vers la ressource en question.

  • Les oreilles sont collées sur le crâne.

  • La tête est basse

  • La posture est figée.

  • Ingestion plus rapide, plus lente ou arrête (le chien fige).

  • Le chien se fait intimidant: japper, grogner, montrer les crocs, mordre dans l'air...

  • Fuir avec la ressource.

  • Agresser : mordre.




Source: https://www.youtube.com/watch?v=hJgod6CO8jU




Les règlements municipaux concernant les parcs canins sont établis afin d’éviter les incidents potentiels : pas de jouets, ni de nourriture si vous n’êtes pas seul au parc. Un chien exerçant de la protection de ressources ne doit pas être pris à la légère, car il peut causer des blessures importantes lorsqu’il protège son précieux. Il est donc important d’appliquer ce règlement. Si vous apportez des gâteries afin de récompenser les bons comportements de votre chien durant sa promenade, nous vous conseillons de les laisser en dehors du parc avant d’y entrer. Vous pourrez toujours les récupérer à votre sortie et ainsi poursuivre l’entrainement de votre chien sur votre chemin du retour.



3. Manque d’habileté pour le jeu


Un chien qui a un manque d’habileté au jeu est susceptible de causer l’explosion une bagarre entre chiens, car il ne sait pas comment bien jouer selon les règles. Nous y reviendront plus en détails dans un prochain atelier. En ce sens, un chien qui a un manque d’habiletés sociales, c’est-à-dire qui ne parle pas bien le chien, peut lui aussi être la cause d’une agression. Pour en savoir plus, poursuivez votre lecture sur le sujet.



4. Interaction entre types de chiens incompatibles


Comme nous l’avons mentionné précédemment, les chiens n’ont pas tous le même tempérament et les mêmes habiletés sociales. C’est pourquoi nous les avons séparés en plusieurs types de chiens, selon leur personnalité. Une interaction entre certains types de chiens est susceptible d’exploser en bagarre, car ils sont tout simplement incompatibles.


Par exemple, jumeler un chien de type Tarzan avec un chien de type Princesse n’est pas une bonne idée. Tarzan aime entrer dans la bulle des autres chiens et Princesse a besoin d’espace. Un chien qui se sent pris au piège, sans aucune issues possibles, attaquera pour s’en sortir. Un autre exemple, jumeler un chien de type Pesto, qui aime jouer de manière brusque, avec un chien craintif. Non plus une bonne idée! La peur mène souvent à l’agression.


Certains chiens ont également une prédisposition génétique naturelle à se battre (2). Ces chiens ne jouent pas comme les autres. Comparativement aux autres chiens qui font beaucoup de bruit en jouant et en mordant légèrement pour aussitôt relâcher, ces chiens sont beaucoup plus enclin à avoir un style de jeu de prédation, c’est-à-dire de secouer et de mordre fort sans lâcher prise.


Sachez qu’un parc canin n’est pas l’endroit idéal pour les chiens trop âgés. En vieillissant, les chiens deviennent moins tolérant à l'égard des autres chiens. Leurs facultés motrices, visuelles et auditives diminues donc ils peuvent rapidement se sentir agressés dans tout ce brouahah. Sans oublier le risque de blessures potentiels liées à leur fragilité.


À NOTER qu'on ne peut pas faire de lien entre le physique d'un chien (la race) et son comportement. Jusqu'à ce jour, aucune étude n'a pu être réalisé dût à la complexité de la procédure



Pour résumer, il faut être vigilant lorsqu’on va au parc à chiens avec notre animal, ou tout simplement lorsqu'on le laisse interagir avec un autre chien inconnu. Nous vous conseillons de prendre le temps d’observer les types de chiens qui se trouve au parc avant d’y entrer avec le vôtre. Est-ce que les chiens présents, ou du moins la plupart, semblent être un bon match pour votre chien?



Pour éviter les problèmes...



L'arrivée d'un nouveau chien et le rituel d'accueil


Lorsque deux chiens ou plusieurs se rencontrent, un rituel d’accueil doit être respecté afin d’éviter les problèmes. Cela signifie qu’une série de comportements spécifiques doit être adoptée. Préférablement, le chien doit être accueilli par un seul individu à la fois. Les chiens se sentent mutuellement le visage durant quelques secondes, puis le cou, les parties génitales, pour terminer avec le derrière.


Il est important de ne pas laisser un groupe de chiens accueillir un seul individu. C’est un accueil dit « malsain », principalement pour les chiens craintifs et réactifs. C’est une très bonne manière de faire tourner les rencontres au vinaigre. Si vous êtes dans un parc à chien, nous vous conseillons d'allez à la porte d’entrée avec votre chien afin de le superviser. Il prend trop de place et s'impose? Éloignez-le! Par exemple, demandez-lui de s’asseoir et récompenser-le en lui permettant de retourner jouer, ou d'aller accueillir à son tour le nouvel arrivant. Apprendre un bon rappel à votre chien vous permettra d’éviter les conflits au parc. Chaque fois qu’il revient vers vous, c’est l’occasion de le féliciter chaudement et joyeusement et de le récompenser en le laissant repartir jouer. Vous lui apprendrez ainsi que le fait de revenir vers vous ne signifie pas toujours la fin de sa période de jeu.



Comment mettre un terme à une bagarre?


Tel que mentionné précédemment, les émotions et l'excitation des chiens changent très rapidement, ce qui a pour conséquence d’augmenter considérablement les risques d’incidents potentiels. Alors que faire si jamais une bagarre est sous le point d’éclater sous vos yeux, et qu’il y a un réel potentiel de blessure? Il existe plusieurs méthodes/façons d’interrompre une agression entre chiens. Voici quelques-unes d’entre elles:


Tout d’abord, ne tentez jamais de saisir un chien par son collier. C’est la meilleure façon de se faire mordre car le chien pourrait rediriger sa morsure vers vous. Ce n’est pas personnel! C’est simplement que le chien vit une trop grande émotion et il en perd le contrôle de sa morsure, de ses sens.


1) Gérer le niveau d'excitation des chiens en étant proactif.

Si le niveau d’excitation des chiens augmente rapidement en intensité et que le jeu devient trop brusque, séparer les chiens en les éloignant les uns des autres. Laissez-les se calmer un petit moment afin que leur excitation redescende. Par la suite, vous pourrez les laisser reprendre le jeu.


2) Faites du bruit.

Si la bagarre éclate avant que vous n’ayez eu le temps de séparer les chiens, votre premier moyen d’intervention est de faire le plus de bruit possible près des chiens. Crier et taper des mains le plus fort possible est souvent votre seul moyen efficace pour distraire les chiens et ainsi les amener à se séparer.


À NOTER que durant le temps que certains tentent de séparer les individus impliqués dans la bagarre, les autres devraient sécuriser les autres chiens non impliqués en les éloignant le plus possible de l’évènement. Ceci empêchera d’autres chiens de s’inclurent dans la bagarre, qui pourrait très rapidement dégénérer.


3) Utiliser un outil répulsif

Si les chiens ne se lâchent toujours pas, et qu’il s’avère que vous ayez un spray de citronnelle sur vous, et bien c’est le temps de l’utiliser! Asperger les chiens jusqu’à ce qu’ils se lâchent.



4) Utiliser « la force »

Si vous n’aviez pas de citronnelle sur vous et que les chiens ne se sont toujours pas lâchés depuis, c’est le temps d’essayer la technique de dernier recours; vous en mêler physiquement. Pour ce faire, vous devez être un humain pour chaque chien et avoir une certaine force physique afin de soulever l’animal en question. Donc saisissez le chien par le HAUT des pattes arrière, soit au-dessus de l’articulation du genou, puis tirez-le vers vous sans le lâcher (à la façon d'une brouette).

  • Attention de ne pas prendre les pattes du chien en-dessous de l’articulation du genou car vous pourriez gravement le blesser.

  • Attention également de ne pas lâcher le chien car il y a un risque qu’il retourne aussitôt vers son adversaire, et/ou qu’il se retourne sur vous.

Lorsqu’un chien en mord un autre et ne relâche pas la morsure, il vous faudra passer une laisse « en lasso » autour du cou du chien en question afin de couper l’air qui se rend à son cerveau. Dès que le chien relâche sa prise, vous relâchez également et c’est direction vétérinaire pour les deux chiens.


Dans tous les cas, il serait préférable de sortir du parc les deux chiens, ou au minimum un des deux impliqués dans la bagarre. Clairement la période de jeu est terminée.




Pour conclure, mieux vaut prévenir que guérir! Lors d'une interaction avec un autre chien, le meilleur moyen de protéger le vôtre sera toujours de l’avoir sous les yeux continuellement. Les conséquences découlant d’une agression entre chiens peuvent être graves et importantes. Un chien qui met à mort un autre chien sera euthanasié, et ce, peu importe la cause de l’attaque. Un chien qui en mord un autre dans un parc canin peut s’y voir interdit l’accès, et/ou encore se faire imposer le port d’une muselière en tout temps lorsqu’il se trouve à l’extérieur. Vous êtes également responsable de votre animal, ce qui signifie que vous pouvez être passible d’amendes assez salées. Sans oublier les coûts reliés à l’évaluation d’un chien par la ville dans le cas d’une plainte pour morsure, c’est-à-dire plus ou moins 1 500$ incluant le constat d’infraction, l’évaluation et tout autre frais. Bref, soyez tout simplement vigilant, c’est d’une importance capitale!



À NOTER que les règlements diffèrent d’une ville à l’autre. Nous vous invitons donc à lire minutieusement ceux se rapportant à votre ville. Pour les résidents de la ville de Montréal, poursuivez votre lecture sur les règlements sur l'encadrement des animaux domestiques.


Au plaisir!



CHRYSTEL LEDUC & VÉRONIQUE CHANTAL

Éducation canine Aux Pieds Centre éducatif Le Chien Futé



(1) Joël Dehasse, 2008. Le chien agressif : gestion du chien agressif en clientèle. i’M éditions, Bruxelles, 347 pages.

(2) Jean Donaldson, 2004. Fight : a practical guide to the treatment of dog-dog aggression. United States of America, 116 pages.

(3) Jean Donaldson, 2002. Mine : a practical guide to resource guarding in dogs. United States of America, 102 pages.

(4) Conférence sur l’agression chez les chiens, Joël Dehasse, 2019.



© 2021 Éducation canine Aux Pieds, Tous droits réservés

Chrystel Leduc

Éducatrice canine

514-773-8231

info@educationauxpieds.com

  • White Facebook Icon